Jean-Luc Bolla, Bernard Barrile, du rêve à la victoire



2010, le coup d'essai

Le premier Rallye du Maroc version Historique voit le jour. La liste des concurrents est courte mais déjà intéressante.

Pour l'occasion, Jean-Luc Bolla prépare une Opel Kadett GT/E à Bernard Barrile, loin de se douter qu'une fantastique épopée vient de débuter.

Le pilote amateur se lance alors à l'assaut d'un monument qu'il faudra dompter au fil des ans.

Ce premier test sera encourageant mais l'aventure prendra fin prématurément, la Kadett ayant eu un coup de chaud dans le chrono numéro 9.

Le virus est pris, Bernard sera au départ l'année suivante...

2011, une nouvelle auto pour aller au bout !

L'orfèvre Jean-Luc Bolla a encore frappé : une Peugeot 504 Coupé V6, réplique exacte du modèle d'usine de la belle époque, sort de l'atelier de Lançon de Provence.

Bernard Barrile, associé à Michel Faraut, aligne sa nouvelle monture au départ de la deuxième édition du Maroc Historique.

Alors que les bolides de tête s'échappent au classement, la "grand-mère" sochalienne se bat avec les Mercedes des frères Cochin.

L'auto est neuve mais la fiabilité est déjà là. Le Coupé rejoint l'arrivée à Marrakech en 14ème position. Terminer le Maroc est en soi une victoire !

2012, les guerriers de l'écurie Bolla

Pour le troisième "round", Bernard Barrile s'offre la Talbot Lotus de Philippe Gache. L'auto a démontré sa performance lors des deux précédentes éditions mais n'a jamais permis au patron du Team SMG d'aller au bout.

Les choses démarrent plutôt bien et Bernard prend la mesure de sa nouvelle monture. Le plaisir est au rendez-vous, la générosité aussi... peut-être un peu trop !

La Sunbeam quitte la piste assez sévèrement. La caisse est chiffonnée de toutes parts et ça sent l'abandon.

C'est sans compter sur la ténacité de Jean-Luc, Jean-Marc et les autres. Toute l'équipe se jette sur la voiture, y passe une bonne partie de la nuit et réalise l'incroyable : Bernard Barrile et Romain Joffroy reprennent le départ en super-rallye. Ils finiront la course et toute la caravane saluera l'exploit de Bolla, notamment en signant la carrosserie meurtrie !

2013, la montée en puissance

La Talbot rhabillée d'une nouvelle caisse, Bernard part pour la quatrième fois à l'assaut du Maroc Historique accompagné d'un nouveau coéquipier, le jeune corse Patrick Chiappe.

Barrile le généreux progresse et devient de plus en plus efficace. Régulièrement dans les dix meilleurs en début de course, il s'immisce ensuite dans le Top 5.

Le rythme n'est pas encore parfaitement régulier mais l'auto tient bon et la cadence s'accélère.

La place Jemaa El Fna voit arriver la Sunbeam Lotus à la 5ème place finale, un sacré résultat dont l'écurie Bolla est fière !

2014, dans la cour des grands mais...

Le 5ème Rallye du Maroc Historique est sans doute l'un des plus relevés jamais organisé. Panizzi, Bérenguer, Oreille, De Mevius, Gache, Vaison... la liste des prétendants à la victoire est impressionnante.

Les outsiders ne manquent pas non plus et parmi eux l'équipage Barrile/Chiappe qui s'entend à merveille.

Les chronos parlent d'eux-même, la Talbot est dans le coup ! Toujours dans le peloton de tête, elle fait un 3ème temps scratch dans la magnifique spéciale de Khenifra surnommée "1000 lacs".

Tout va bien jusqu'à l'ES19. Galvanisé par ses prouesses et son plaisir au volant, Bernard est à l'attaque. Un fichu boulon cède, le train avant s'ouvre en plein virage et c'est la sortie... Dommage, le Top 5 final semblait de nouveau accessible. La "Bolla team" lui permettra néanmoins de rejoindre l'arrivée en 25ème position.

2015, le coeur n'y était pas

Cette 6ème édition sera faite de hauts et de bas pour l'écurie Bolla. Tout avait pourtant bien commencé avec le premier scratch pour Alain Oreille et la 5ème place pour Bernard Barrile.

Le moteur de l'Ascona faisant des siennes, Oreille perd toutes chances dès le lendemain. Barrile s'en sort bien mieux et se montre à la hauteur des meilleurs, comme il en a désormais l'habitude.

Avec plusieurs résultats dans le Top 3, Bernard sera trahi par la mécanique une première fois avec un bras de suspension puis une seconde, fatale, la faute à une fusée cassée.

L'abandon restera anecdotique à côté de la disparition tragique de Sébastien Bonnisseau dans un regrettable accident...

2016, la consécration

La 7ème édition s'organise tardivement mais sûrement, Yves Loubet reprenant seul les rennes du Maroc Historique.

Grégoire De Mevius part grand favori et honore rapidement son statut. Il domine l'épreuve dès la 3ème spéciale et creuse très vite l'écart.

Derrière, le combat fait rage et Bernard Barrile s'emploie. Il signe son premier scratch dans l'ES5 et réédite la performance dans l'ES8, la fameuse Khenifra qu'il affectionne tout particulièrement.

La Talbot Lotus termine la troisième étape en dauphin d'un De Mevius inaccessible. Barrile conforte progressivement sa place jusqu'à compter 3 minutes d'avance sur son premier poursuivant. Rien ne semble pouvoir priver Bernard et Patrick d'un podium bien mérité et qui les satisfait amplement.

L'inattendu, l'inespéré va toutefois se produire. A deux spéciales de l'arrivée, De Mevius est stoppé ! Barrile comprend immédiatement mais se trouve submergé de sentiments contradictoires. C'est la course... terrible pour les uns, formidable pour les autres.

La victoire, Jean-Luc Bolla y est pour beaucoup et ce n'est pas Bernard qui dira le contraire ! La photo de "famille" prise à Paradis Plage est splendide.

2017, la confirmation !

La Sunbeam Lotus a changé de parure pour honorer son numéro 1. Elle est désormais au couleurs de l'usine mais pas seulement. Jean-Luc Bolla a réalisé un formidable travail et l'auto est dans un état concours, peut-être mieux encore qu'à l'époque où Talbot remporte le titre mondial !

Pour la huitième, la course change de nom et devient Maroc Historic Rally. De Mevius compte bien se rattraper mais Philippe Gache sera là pour le contrarier tout comme Alain Deveza et... Bernard Barrile bien sûr !

La lutte a bien lieu et la Talbot joue en embuscade, placée derrière les trois hommes de tête au soir de la deuxième étape. Le lendemain, De Mevius sort et arrache une roue. Gache et Deveza bataillent dur. Barrile défend admirablement sa troisième place.

Le quatrième jour de course tourne court suite au décès accidentel de Gérard Brianti. L'équipe BMA retire ses voitures dont celle du leader du moment, Alain Deveza.

Etape 5, le sport reprend ses droits et Gache se retrouve seul leader. La Talbot compte 3 minutes et demi de retard mais maintient la pression en signant deux scratchs. Même scénario le jour suivant, Gache et Barrile se partagent les meilleurs temps. Bernard se fait néanmoins quelques chaleurs et comprend qu'il faut lever le pied.

Dernier jour de compétition, les deux voitures de tête ne prennent aucun risque pour les trois spéciales qu'il reste à courir. Ultime chrono et, coup de théâtre, le scénario de 2016 se répète. L'arbre de transmission de la Mazda cède, la Sunbeam passe et remporte la course.

Bernard avouera avoir pleuré en pensant à Philippe. Un rallye se gagne sur la ligne d'arrivée, c'est d'autant plus vrai au Maroc, une véritable épreuve à l'ancienne avec quantité de kilomètres à parcourir.

Pour cette aventure exceptionnelle aux multiples rebondissements, nous voulons dire un immense MERCI à Bernard Barrile bien sûr mais aussi et surtout au phénoménal Jean-Luc Bolla. Chapeau bas l'artiste, le Maroc ne t'oubliera jamais...

Lundi 5 Mars 2018
< >

Mardi 15 Mai 2018 - 10:21 Le programme du Maroc 2018 !

Vendredi 23 Mars 2018 - 20:15 VOYAGE et HEBERGEMENT MAROC 2018

Vendredi 2 Mars 2018 - 12:24 Irremplaçable Jean-Luc Bolla...